Top-partenaires
Top-sites
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [EXO] ♦ Je suis là... [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lu-Chan

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 12/04/2015
Age : 25

MessageSujet: [EXO] ♦ Je suis là... [OS]   Sam 25 Avr - 19:50

Bonsoir. Bon, je me lance. Je suis pas totalement convaincu de cet écrit, mais c'est le premier OS que j'ai écris et...Voilà. Y a un un léger sous-entendu Yaoi, mais rien de bien choquant. Euh...Citout. Je pense que j'ai laissé passer des fautes...Bonne lecture et rendez-vous sur le sujet approprié si vous voulez critiquer :'3 ~




Je suis là...

2 Novembre, 6h45.


Je suis là, allongé sur le lit, je te regarde et je te vois tel que tu es réellement. Parfois, dans des moments de lucidité, je me rend compte de notre laideur. Ton corps à moitié nu me révèle des os saillants, une peau d'une pâleur effrayante, des membres tremblants qui t'empêche de te mouvoir aisément. Je ne vois pas tes yeux, mais je sais que ton regard reflète toute la misère que tu as pus observer du monde. Qu'il reflète la peur, la honte, le désespoir et l'envie d'en finir avec tout ça. Qu'à t'ont fait pour mériter ça ?

Je suis là, accoudé à la rambarde de la fenêtre, une cigarette au bout des lèvres, laissant la fraîcheur de l'automne me picoter la peau. Je sens ton regard dans mon dos. Je n'ai pas besoin de te voir pour savoir à quoi tu penses. Parfois, j'aimerai que tu disparaisses, toi et ton incapacité à nous sortir de cet enfer qu'est devenu notre existence. J'aimerai pouvoir tout te mettre sur le dos, mais je me sais incapable d'un tel égoïsme. Nous deux, on a juste voulu connaître une petite partie d'un bonheur qui n'existe pas en réalité, pas vrai ? Comment à t’ont pus être aussi aveugle, Jongin ?

Je suis là, détournant les yeux de ton corps, je ferme les yeux, rembobinant la cassette de ma vie. Je me demande si, finalement, la plus grosse erreur de mon existence n'a pas été de te rencontrer. Tout n'a été que hasard. On est arrivé le même jour dans cet orphelinat, nos regards se sont juste croisés l'espace d'un instant et l'évidence s'est imposée à nous. On est devenu amis parce qu'on se complétait parfaitement. Toi, le froid, le silencieux Oh Sehun, moi le souriant, le prétentieux Kim Jongin. On était comme deux pièces d'un même puzzle, s’emboîtant, se correspondant...Était-ce une erreur de penser que la vie nous accordait un peu de répit en nous offrant cette amitié inédite ?

Je suis là, crachant mentalement sur le monde que j'ai sous les yeux, la haine s'insinuant toujours plus dans mon cœur, le rongeant sans vergogne. Je me souviens encore de cette insouciance dans nos regards, lorsqu'on était encore que des gosses. L'orphelinat nous offrait pas vraiment une vie de rêve, mais à nous deux on se sentait invincible. Nous imaginions toujours plus pour notre avenir, pensant avoir toute la vie devant nous, pensant pouvoir être heureux un jour. Où avons-nous foiré, où notre conscience était-elle quand tout nos rêves sont partit en fumés ? Quand tout cela a t-il commencé, au juste ?

Je suis là, repensant au jour où je suis partis de cet orphelinat, te laissant derrière moi. Je revois encore les larmes sur tes joues, je sens encore la chaleur de ta main dans la mienne, alors que je te faisais la promesse de revenir te chercher le jour où tu aurais atteint la majorité ; celle qui te libérerait de cet endroit ; celle qui nous permettrait d'être enfin ensemble. Quand je suis revenu, des semaines plus tard, quelque chose dans ton regard avait changé. Pourtant, tu m'as souris. Tu m'as souris et tu m'as promis que les choses seraient meilleures maintenant. Pourquoi n'y ai-je pas cru un peu plus fort ? Pourquoi les bleus sur ton corps, la poudre dans ma poche, les larmes dans tes yeux, n'ont fait qu'empirer les choses ?

Je suis là, allumant une autre cigarette, n'osant toujours pas te regarder. Je sais que tu te sens coupable. Je sais combien la culpabilité te ronge. Je sais que si tu avais pus m’emmener avec toi ce jour-là, tu l'aurais fait. Toutes ces années, nous avons vécus les mêmes choses. Je les ais juste supporter un peu plus longtemps que toi, l'âge me retenant prisonniers auprès de nos bourreaux. Si, un seul instant, j'avais pensé pouvoir passer à autre chose en partant à tes côtés, je me trompais lourdement. Les choses ont juste empirées. Je me rend compte qu'au lieu que les autres nous fassent du mal, on en est juste arrivé à nous faire du mal à nous-même. Mutuellement, douloureusement, toujours un peu plus. J'observe le creux de mon coude en pinçant les lèvres. Sais-tu, Jongin, que je te déteste, toi et tes rêves illusoires ?

Je suis là, me redressant, prêt à nous préparer une nouvelle dose. Cet instant a assez duré. Retournons dans notre paradis, Sehun. Celui où ne sommes que deux êtres humains qui s'aiment à en crever, celui où tu es une magnifique personne, celui où tes doigts sur ma peau font des miracles, celui où tes lèvres me murmurent des choses qui adoucissent ma rancœur. Je détiens la seule chose qui peut momentanément nous faire du bien, nous faire oublier. Je sais qu'on aurait pas dû, que je n'aurai pas dû, mais que faire ? C'est tout ce qu'il nous reste. Oui, rêver d'un monde qui n'existe pas, c'est tout ce que nous avons, Sehun. Le reste n'a plus raison d'être.

5 Novembre, 04h55.

Je suis là, je te regarde, incapable de faire quoi que ce soit. Tes yeux sont ouverts, fixant le plafond de notre studio miteux. Je sens mon cœur battre fort. Si fort. Es-tu encore capable de l'entendre ? Sens-tu l’étendue de mon désespoir, alors qu'une de mes main se perd sur ta joue glaciale ? J'ai l'impression de murmurer des choses, mais les mots que je prononce n'ont aucunes significations. Juste des supplications de plus dans un océan de tristesse dans lequel je me débat depuis trop longtemps déjà. Plus rien n'a d'importance, à présent. Ce n'est pas comme si quoi que ce soit en avait eu une un jour. On s'est juste évertuer à survivre, à se battre contre des choses qui n'étaient tout simplement pas possible de vaincre. Est-ce que notre vie se résumait alors à exister sans vivre ?

Je suis là, j'attrape le téléphone et compose un numéro que je commence à connaître par cœur. Une voix douce, appartenant à une femme, répond presque immédiatement. Je reste un instant silencieux. Je prend doucement conscience de la situation. Soudainement, je sais. Que tout est terminé. Que c'est la fin. Que c'est ici que tu m'abandonnes donc. Une larme m'échappe et ma respiration commence à doubler d'intensité. Je pose ma main de libre sur ta poitrine et le vide s'empare de mon âme quand je me rend compte que les choses sont bien ce qu'elles paraissent être. N'est-ce qu'un songe de plus ? Est-ce un cauchemar, Jongin ?

Je suis là, j'explique la situation à voix haute. Plus mon récit avance, plus je me sens perdu, désemparé. Que faire ? Je me sens sombrer lentement, mes lèvres formulant des mots que mes oreilles n'ont pas envie d'entendre, que mon cerveau n'a pas envie de comprendre. Je vois ta promesse partir en lambeaux tandis que ton regard fixant encore le plafond semble plus vide que jamais. Une question m'échappe tandis que mes doigts viennent fermer tes paupières avec lenteur. Un murmure seulement, entravé par des larmes devenues intarissables :

Quand on meurt, c'est pour toujours ?
Je suis là, j’attends une réponse qui ne viendra jamais.
Je suis là, j'attends que tes yeux s'ouvrent.
Je suis là, j'attends que ton cœur se remette à battre.
Je suis là, j'attends que quelqu'un nous vienne en aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[EXO] ♦ Je suis là... [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [JEU] Qui suis-je ? (identité de personnages du Whedonverse à deviner)
» Je suis très laid
» J'ai vu de la lumière alors je suis entré... [Osmauz']
» Comme je ne suis pas riche...
» Envouté je suis.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plume d'encre :: Le coin des histoires :: Fanfictions :: Textes-